mercredi, novembre 18, 2009

Pour une fois que je suis un peu content de moi :)

J'ai réalisé il y a quelques jours, pour un copain , qui est élu dans la vie, et organisateur du sympathique festival de bd d'Amboise, une carte de vœux "satirique" (il souhaitait un truc qui les remettent un poil en question, au moment de l'apéro "dinatoiiiiiiire" (quelle vilaine expression bien crétine) ;p).

Je me suis vraiment amusé à faire cette illustration, et comme le résultat est pas trop mal, et que j'ai l'autorisation, de vous la montrer, voilà en diverses étapes, sa genèse :)


Assez rapidement, je trouve l'angle d'attaque, le triste visage égoïste de notre société actuelle, ne cessant de m'inspirer au quotidien.

Je crobarde à la va vite, quelques rough sur papier , puis par confort personnel, je décide de commencer par établir les grandes lignes du décor dans le génial et bien pratique Google Sketchup 7.

En 20 bonnes minutes, il est est ébauché et ça me permet de mieux sentir, ma scène.
Ce qui top avec la 3D, c'est qu'il est super facile de tester des angles de vues, les focales, le numérique offrant ce genre de souplesse :) Mais en ce qui concerne cette idée, c'est définitivement pour moi, la simplicité qui l'emporte et je reste sur ma "vue 3/4 frontale".



Je fais une bête capture d'écran de cette image que j'importe ensuite au format de réalisation ( 600 dpi dans ce cas précis ) de l'illustration, sous manga studio 4, mon soft adoré depuis 2 ans, et avec qui je trompe désormais, mon ancienne maitresse "Painter". :D

Sur un autre calque, j'établis un rough "assez clean" (pour l'envoyer à mon client), au dessus de celui ( en opacité réduite ) qui contient le décor préalablement importé.



Viens le moment de l'étape crayonné, où je fais plusieurs versions pour peaufiner attitudes, expressions et que les protagonistes "joue" juste , à mes yeux.

Profitons en pour reparler fabuleux programme qu'est manga studio ( j'utilise désormais la version 4 EX ) . Ce soft a vraiment été pensé pour les dessinateurs de bd: en un simple clic de souris, le noir du dessin, passe en couleur ( que l'on peut choisir à son gré ), et en abaissant l'opacité, avec le petit ascenseur,, comme le montre ces captures d'écrans. Bref, c'est la version "crayon bleu" d'animation, mais en virtuel :) super pratique !




Impatient d'encrer, j'attaque donc, et lorsque personnages et décors sont traités, je reviens sur le personnage du pere sdf , du fils et du chien, j'affine leur attitude, et essayant de les rendre touchants, pour que le lecteur entre en empathie avec eux.



Pour les persos j'utilise les brosses de base de manga studio, car j'adore la fonction "in" et "out", qui permet de rendre ces effets si proches et réalistes du comportement d'un pinceau, et pour le décor, j'utilise la brosse "G", sans l'option in et out, pour avoir un trait plus rapide, spontané, et vraiment dépendant de la pression du stylet ).

Je laisse reposer, pour prendre un peu de recul ( je le skype à mon pote Philippe Larbier, qui est mon premier critique ( et réciproquement ;) ), et comme lui et moi même sommes relativement content du résultat, j'exporte l'image pour la colorisation.



Tout en colorisant, je conserve mon idée directrice: accentuer par un fort contraste couleurs chaude et froides, le propos et le décalage de la situation.

Première étape : la plus simple, mais aussi la plus "chiante", remplir en aplats les diverses zones:



L'étape la plus stimulante: placer les ambiance, les lumières, et établir l'ambiance générale.

Avant de conclure, petite astuce de "pro", lorsque l'on réalise une illustration à fond perdu ( sans bord de case ), il faut penser à la traiter un peu plus grande, que le format de publication, et faire déborder les couleurs sur les marges, pour éviter qu'au moment du "rognage" ( lorsque l'on découpe chacun de ses côtés ), ne fasse apparaitre le blanc de la coupe.

cette carte faisant 21 cm de long sur 15 en hauteur, je lui ai donc réalisé en 24 sur 18, sachant qu'en général, la règle est de prévoir au minimum 1,5 cm de débord, par marge .

comme le montre cette capture :) ( on peut d'ailleurs voir, que j'ai crée une sorte de "cadre repère", qui représente la taille réelle de l'illus, calque que je détruis à la fin ).



Au bout de quelques heures, c'est terminé :) tadaaaaam !



et je vous dis à bientôt, dans les commentaires, et au prochain post ;)

bye bye :)

samedi, novembre 14, 2009

"Mossieur le président", ancien projet avec Pierre Veys, suite et fin :)

Comme promis, voilà du plus consistant, puisqu'il s'agit des quelques strips, que j'avais soit storyboardés ou encrés. Mais je n'étais vraiment pas satisfait de mon travail, je trouvais à la fois, que rien n'était senti, naturel, et que mon encrage n'était pas à la hauteur, de celui du tome 2 des informaticiens (enfin une chose que j'aime et assume ), et que c'était maniéré.

J'ai donc lâché, le, projet, n'y croyant plus vraiment, et découragé par mon dessin merdique, qui ne voulais plus retrouver ses sensations.

les storyboards réalisés:






encrages:



Dans la première mouture, qui date de 2000 je crois, il s'agissait de faire des histoires courtes, style 6,7 pages par aventure.
J'en profite pour dire que ceux qui ne connaissent pas le travail de Pierre veys, qu'il faut absolument lire ses deux chef-d'oeuvres : Baker Street ou la parodie de blake et Mortimer, "Philippe et francis", car il touche au génie "Goscinnyien", c'est du pur concentré de talent et de drôlerie !

Svp, soyez très indulgent devant ces vieilles pages, à cette époque, je n'avais même pas encore publié les informaticiens, n'avait pas encore ma tablette écran cintiq, mais une simple wacom de base, et ne possédait quasi rien en police bd. Cependant, chaque fois que je relis ces planches, je me marre comme un crétin, et me dis que ce projet, sur ce format précis , avec ce président là ( qui devait être en fait une sorte de Leslie Nielsen, des "y a t-'il un flic"),

c'était super prometteur.


ancienne version du concept:



Bref, c'est depuis ce projet avorté, que j'ai quasiment lâché la bd, et fais surtout de la com et de la pub depuis. je ne désespère pas revenir à la bd, mais il faudrais que j'y reprenne du plaisir, et c'est pas gagné pour le moment, vu que je déteste tout ce que je fais sur mes planches en cours.

Comme dis mon super ami et collègue Philou ( Philippe Larbier, les blagues belges, et les retraités chez Delcourt , et maintenant qui prépare un "les fondus du jeu" chez Bamboo ), je dois être le plus" cérébralement torturé "des dessinateurs de bds humour, j'ai pris toute la névrose d'un Franquin, sans bénéficier de sa capacité de production. bref que les inconvénients.

En gros, le salut viendra, à accepter qui je suis et ce que je fais, et non pas ce que je voudrais être.

Arnaud.

mercredi, novembre 04, 2009

Merci pour votre enthousiasme, dans les derniers commentaires, ça fait plaisiiiir :)

Ca fait chaud à mon petit cœur, de voire votre sollicitude à mon égard et votre envie de me revoir poster plus régulièrement .

Le soucis, c'est que pour le moment, je ne sais pas trop , ce que je peux vous mettre, dans ce blog, car ces temps ci, vu que je galère à reprendre la bd, et n'ai donc rien officiellement signé, et ne peut donc "raisonnablement" rien pouvoir montrer du dit projet. En gros en dehors, de tafs de pubs actuels, je ne fais quasi rien en bd, donc pas simple de pouvoir vous montrer des choses "autorisées".

Mais afin de calmer votre frustration de visuels, et de refaire vivre ce blog, on va se la jouer: je montre des vieux trucs inédits, de vieux projets non publiés, les coulisses en général, ça plait toujours un peu :)


J'ignore si Pierre Veys, serais ok avec le fait que je vous montre ces coulisses, ( on ne s'est pas parlés depuis que je j'ai justement lâché ce projet), mais vu que ce projet est mort né, et qu'il y avait des bonnes choses de temps à autre, c'est dommage de ne garder que pour les beaux yeux de mon disque dur externe.

Graphiquement, je n'était vraiment pas satisfait, c'est graphiquement, en deçà de ce que j'ambitionnais à l'époque, c'est à ce moment là, que j'ai commencé à déprimer graphiqument, car je n'avancais pas, je trouvais mon dessin ultra raté, peu construit, peu senti, bref, je me sentais "merdeux", et ça été le début de mon arrêt progressif en bd, depuis les informaticiens.

Avec le recul, je me dis, qu'il est publié bien pire, de nos jours, que je suis un gros malade perfectionniste, et que si je veux m'en sortir, il faudra bien me résigner à l'idée, que je ne suis pas un "virtuose", ne serais jamais Franquin ou Uderzo, et que je dois accepter cette condition ( c'est loin d'être gagné, mais je commence à en accepter la fatalité, sic…)

le "héros" : le petit président, qui devait faire penser à un Calvin/Sarko, attachant. Graphiquement, il m'a fallu plusieurs jours avant de capter sa forme définitive, comme le montre ces exemples.










Le premier ministre "Chabert": inspiré de l'actuel inexistant: Fillon. Au début c'était vraiment trop proche du vrai, je l'ai donc pas mal métamorphosé, pour n'en garder que le côté "Droopy". c'est une tronche que j'aime bien, je trouve ce personnage bien "senti" :)


Le chauffeur du président: "Igor": inspiré d'un acteur culte, au visage émacié ( le méchant de la cité des enfants perdus de Jeunet et Caro ) que nous adorions: Daniel Emilfork





ce qui au final, une fois "digéré" et adapté à mon style graphique, donnais cette tronche, en situation concrète :






Ensuite, il y avait le personnage du meilleur ami " Faluchon" du président: inspiré de de Pierre Richard, genre gamin, rêveur, gaffeur, farceur, totalement incompétent et donc attachant.



et mon personnage préféré: "Cripchaut", trés librement inspiré d'un acteur que Pierre et moi, adorons : L'immense Bill Murray. C'est le bras droit du présisent, il n'en glande pas une, est pince sans rire, balance les pires horreurs, commente, vanne, bref c'est du napalm à l'Élysée.





voilà, pour ce qui concerne les quelques gags storyboardés et encrés, on verra ça à mon prochain post, comme ça on se la joue suspens, teasing et tutti quanti ;)

à la prochaine.